Onglets principaux

Société

Cameroun- Yaoundé : L’interdiction qui fait grever les moto-taximen

A l’aide du matériel provisoire, ils bloquent le passage aux autres véhicules. Ce mardi 12 novembre 2019 Marque la date de la mise en application de la note d’interdiction signée le 7 Novembre dernier par le Gouverneur de la région du centre Naseri Paul Bea.
621 vues
11/12/2019 - 14:04
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun- Yaoundé : L’interdiction qui fait grever les moto-taximen

La circulation est presque bloquée dans certains carrefours de la ville Yaoundé. En cette matinée du mardi 12 novembre 2019, il pleut des cordes. Au niveau de l’axe Tradex Eleveur-Total Ngousso, dans l’arrondissement de Yaoundé 3, il devient difficile de se déplacer. Pour cause, les moto-taximen, grèvent suite à la décision du gouverneur de la région du centre leur interdisant de circuler dans certains carrefours et quartiers de la ville.  Ils ont pris d’assaut l’axe principale, à l’aide des tables bancs, des chaises, des blanches et j’en passe. Les usagers de la route sont contraints de passer par la chapelle Ngousso, où ils rencontrent un bouchon.

« Qu’on nous donne un travail décent »

C’est le même cinéma dans les quartiers Tsinga, Mokolo et Olézoa. Les conducteurs de moto revendiquent la levée de suspension de circulation. Déployés sur les lieux, les forces de l’ordre tentent de de ramener le calme.  Ces conducteurs de moto, parfois diplômés, ont besoin de faire ce travail pour survivre. « J’ai cinq enfants et on me dit que je ne dois plus travailler l’argent ? Si je ne travaille pas à polytechnique, Olezoa ou carrefour Emia, ou vais-je encore travailler ? Cela n’est pas la solution. Si on ne veut plus voir les motos dans le centre urbain, qu’on interdît son entrée au Cameroun et qu’on nous donne un travail décent », lance furieusement un conducteur de moto.

Les causes

En effet, l’invasion de la capitale par les motos, la non identification de ces derniers et le non-respect de la règlementation en vigueur, sont entre autres raisons qui ont conduit le gouverneur de la Région du Centre, à pondre ce texte querellé. Pourtant, au cours d’une réunion présidée le 7 novembre 2019 en présence des responsables des syndicats, Naseri Paul Bea a tenu à trouver un terrain d’entente avec les protagonistes « C’était pour nous l’occasion de convoquer les motos taximen pour qu’on s’entendent sur les zones interdites pour assainir l’image de la ville. A la veille du CHAN, de la CAN, il est normal de travailler sur la ville de Yaoundé qui est devenue un peu bizarre à cause des moto taximen qui ne respectent plus rien ».

Le pis pourra advenir

La note conjointe du Gouverneur de la Région du Centre et du Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé interdit donc de circulation les motos dans la boucle ci-après de Yaoundé : Carrefour EMIA , ambassade de France, Olézoa, Carrefour Vogt, carrefour Atangana Mballa, Elig-Edzoa, Elig-Essono, Bata Nlong-Kak, Ecole de police, Tsinga, Ahala, Nkozoa, Mont Febe, carrefour Bastos, Palais des Congrès, nouvelle route Bastos, Carrefour Warda, Omnisports,  Nkol Eton,  Nkol Ndongo,  Premier ministère, carrefour Coron, base aérienne 101 jusqu’à l’aéroport international de Nsilmalen sans oublier la poste centrale. Si ces moto-taximen stoppent leur activité, le taux de chômage, l’insécurité et la mendicité pourraient advenir.  

 

Étiquettes: