Onglets principaux

Société

Cameroun- Riposte : Ernest Obama trainé en justice par une ONG

Dans une de ses sorties médiatiques, il avait accusé la fondation AYAH (ONG humanitaire) de fournir les armes aux séparatistes anglophones. Une imputation à laquelle plusieurs autres personnes se sont livrées.
557 vues
01/09/2020 - 10:44
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun- Riposte : Ernest Obama trainé en justice par une ONG

La nouvelle année s’annonce turbulente pour le journaliste de vision 4, Ernest OBAMA. Il est accusé de diffamation, de chantage et de propagation de fausses nouvelles, à l’endroit de la fondation AYAH.  Cette Organisation Non gouvernementale, (ONG humanitaire) dont le siège est à Buea dans la région du Sud-ouest, a introduit une plainte le 7 Janvier 2020 au tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif contre ses accusateurs. Selon ces derniers, la fondation AYAH se livre aux trafic d’armes au profit des amazoniens dans le Nord-Ouest et Sud-Ouest : « Nous attendons les preuves que la fondation AYAH achète ces armes, importe ces armes ; transporte ces armes et donne ces armes aux ‘’ambaboys’’. Nous n’avons même pas un véhicule sur lequel est écrit fondation AYAH », explique Ayah Ayah ABINE, directeur de ladite fondation, au cours d’un point de presse donné le 7 Janvier 2020 à Yaoundé.

A côté d’Ernest OBAMA, il y’a Dr Sucess NKONGHO, Frankline NJUME, Ma Kontri Pipo Dem, Vision4, et le journal L’Anecdote. D’après le document de la Fondation AYAH, les personnes suscitées ont pour certains, « via leurs compte Facebook, et pour Vision4 et le journal L’Anecdote, relayé les informations suffisamment graves portant atteinte à leur honorabilité ».

Cette fondation spécialisée dans l’œuvre humanitaire, a à plusieurs reprises apporté un grand soutien aux réfugiés et aux déplacés de la crise : « La fondations jusqu’ici a fait plus de 10 voyages au Nigéria pour assister nos compatriotes qui sont dans une misère totale. Nous les apportons des vivres, des habits et nous essayons de les rendre autonomes », poursuit le directeur de la fondation

A en croire certaines sources, le Dr Success NKONGHO serait le premier à lancer la polémique. Après s’être rendu aux autorités camerounaises, l’ex terroriste ‘’Ambazonien’’, va sonner une violente charge contre la fondation AYAH. Ces accusés sont tous trainés en justice et le fondateur de ladite organisation compte sur la justice camerounaise, pour tirer au clair cette affaire.

 

Étiquettes: