Onglets principaux

Société

Cameroun : Le Marché Oyenga attaqué par les flammes

Selon nos sources, un incendie s‘est déclaré dans la nuit du 18 au 19 août 2019, au Marché Oyenga situé dans la ville d’Ebolowa.
411 vues
08/19/2019 - 14:32
lucien embom
Journaliste

Un bloc de 10 boutiques a été la cible du feu. A en croire les témoignages, le feu a commencé à dévorer les installations aux environs de 04 heures. Les riverains ont été tirés de leur sommeil par les cris stridents du veilleur de nuit. Le feu a pris corps au niveau d’un poteau d’Eneo Cameroon. Après une montée brusque de la tension, les fils électriques se sont transformés en flambeau. A partir de ce moment, le feu a engagé sa course folle vers les boutiques.

Les dégâts se montent à 10 millions FCFA. Au moment du sinistre, des individus se sont servis dans les boutiques prétextant sauver ce qui pouvait l’être. Les responsabilités restent à établir autour de cet incendie. Mais en attendant, les langues accusent les branchements frauduleux opérés par les occupants du Marché Oyenga. En dépit des risques que comportent les installations précaires, rien n’est fait sécuriser les marchés.

Chacun y va de son inspiration. Les marchés du Cameroun offrent un spectacle désolant. Les fils électriques sont déployés n’importe comment. Ces fils sont entremêlés et traînent au sol, quand ils ne lêchent pas les crânes. Une étude révèle que ces dernières années, plusieurs marchés ont brûlé. A Douala, Bafoussam ou Tiko des pertes énormes ont été enregistrées. On attribue le plus souvent les sinistres aux branchements frauduleux.

Des fois, les incendies sont provoqués par des mains criminelles. Avec la montée du chômage et sous-emploi, les marchés sont devenus des foyers de surpeuplement. Pour y acquérir un espace, des gens sont prêts à tout. La demande étant plus forte que l’offre. Cela entraîne la surenchère et les luttes d’influence. Ceux des marchands qui s’estiment lésés, se transforment le plus souvent en pyromanes pour règler les comptes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes: