Onglets principaux

Société

Cameroun-Crise anglophone : Un présumé chef des ambazoniens tué dans le Nord-Ouest par l’armée camerounaise

Le ‘‘général CHACHA’’, chef milicien du groupe armé séparatiste dénommé Bui Warriors, a été a tué le Dimanche 26 Janvier 2020 au cours d’une opération de l’armée camerounaise dans le département du Bui, région du Nord-ouest.
473 vues
01/27/2020 - 11:02
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun-Crise anglophone : Un présumé chef des ambazoniens tué dans le Nord-Ouest par l’armée camerounaise

Les actions de l’armée camerounaise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest portent des fruits. Le 26 Janvier 2020, un leader séparatiste a été abattu par l’armée camerounaise au Nord-Ouest, l’une des régions en crise. Le nommé général CHACHA a été pris au piège au cours d’une opération conduite par une vingtaine de combattants camerounais.  C’était à Kikaikom, dans l’arrondissement de Kumbo, département de Bui. Son assassinat intervient quelques jours après l’appel lancée par le général Valère NKA, commandant de la 5e région militaire, qui l’avait invité à déposer les armes. C’est le deuxième chef milicien qui est neutralisé en l’espace d’une semaine, après le ‘‘général EFANG’’.

Une opération de l’armée camerounaise dans les régions en crise fait état de ce que, le 21 Janvier 2020, près de 20 élèves kidnappés par les séparatistes ont retrouvé la liberté. C’était dans le du Sud-Ouest, l’une des régions en crise. En fin Décembre 2019, les séparatistes anglophones ont annoncé leur volonté de perturber le double scrutin du 9 février 2020. Malgré l’appel du président Paul Biya de déposer les armes, la situation n’a guère changer. « Des appels à déposer les armes leur ont notamment été lancés et des perspectives de réinsertion sociale ouvertes », précisait le président Paul BIYA le 31 Décembre 2019, au cours de son discours à la nation.

Le numéro 1 du Cameroun avait aussi mis en garde ces hommes armés « Pour ceux qui s’obstinent à demeurer dans la mauvaise voie et qui continuent à avoir recours à la violence, nous n’aurons pas d’autre choix que de les combattre pour protéger tous nos concitoyens ». Pour joindre l’acte à la parole, d’importants renforts militaires ont été déployés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Au moment où se déroule depuis le 25 Janvier la campagne des élections législatives et municipales, l’armée camerounaise est à l’action pour mener à bien ledit processus dans les régions troubles.   

Ils mettent de plus en plus la main sur les leadeurs séparatistes.

Étiquettes: