Onglets principaux

Société

Cameroun-Boko Haram : Les attaques se multiplient

Depuis le 1er Novembre 2019, la population de l’Extrême-Nord est dans la frayeur. Entre tueries, pillages des commerces et vol du bétail, les habitants de la région ont du mal à tirer leur épingle du jeu.
459 vues
11/08/2019 - 11:47
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun-Boko Haram : Les attaques se multiplient

Le trouble continu à l’Extrême-Nord du Cameroun. Dans la nuit de Mercredi à Jeudi 7 Novembre 2019, il y’a eu deux civils tués et un blessé suite à une attaque perpétrée par Boko Haram.  Selon les sources, le drame s'est produit dans la localité de Guid-Pre, canton de Moskota dans le département du Mayo-Tsanaga. Parmi les victimes, un vieillard d’environ 60 ans.  Le blessé est actuellement sous soins intensifs. En plus de cette tragédie, les assaillants, une trentaine environ, ont eu la main basse sur les biens des populations. Une situation qui crée la panique chez ces derniers « Nous sommes tous les jours la cible de Boko Haram qui se croit ici en terrain conquis », indique Navawa Ezéchiel une victime.

Le 1er Novembre 2019, le groupe terroriste enlève près de 150 moutons et crée un grand dommage au centre de santé de ladite localité. Les faits se sont déroulés dans la nuit, au moment où personne ne s’y attendait : « Armés de fusils de guerre, les populations étaient passivement endormies lorsqu’autour de 23h18min, cette attaque est survenue. Ils se sont fait annoncer par leur crie habituel: Allahou Akbar, Allahou Akbar !! », relate un habitant de Moskota. Ce même jour, un civil a été tué dans un hôpital de la place. Selon les sources locales, les assaillants auraient également emporté des médicaments avant de saccager la structure sanitaire. Certains témoins racontent que cette attaque menée par un important contingent des djihadistes a duré plus de deux heures. Les assaillants ont pillé des boutiques pour y récupérer des vivres et d’autres produits de première nécessité. Les bergers qui habitaient à proximité ont également fait les frais des terroristes qui ont emporté près de 200 têtes de bœufs.

Les exactions de Boko Haram ont débuté en 2009 au Nord-Est du Nigéria où l’on enregistre un bilan de 27 million de morts et 1,8 million de déplacés selon le rapport publié en 2018 par International Crisis Group. Par la suite, Boko Haram a ciblé le Niger où il mène en ce moment des attaques répétitives. Le Tchad n’est pas en reste : « Depuis début 2015, les attaques du groupe djihadiste nigérian Boko Haram ont tué plusieurs centaines de personnes au Tchad, en ont déplacé plus de 100 000 et ont fortement affecté l’économie régionale du bassin du lac Tchad », se désole International Crisis Group. Avec les tueries, les pillages et les autres actions de la secte dans l’Extrême-Nord du Cameroun, l’économie du pays tout entier sera en dérive. Du moins si des actions fructueuses et concrètes ne sont pas menées.  

 

 

 

 

.  

 

 

 

 

Étiquettes: