Onglets principaux

Société

CAMEROUN – Nourrisson tué de Muyuka : La version des autorites camerounaises

La version des autorités camerounaises sur les accusations de meurtre portées contre l’armée camerounaise dans la vidéo macabre du bébé de Muyuka du 20 mai dernier rendue publique : C’est une tentative de manipulation de l’opinion publique
1,205 vues
05/22/2019 - 17:24
Rolande-AGONG
Rolande AGONG
Rédactrice web

La version des autorités camerounaises dans cette « affaire du bébé de Muyuka » était attendue depuis l’apparition sur les réseaux sociaux de cette vidéo macabre dans laquelle une dame éplorée avec à ses côtés le corps inerte d’un nourrisson accuse les militaires camerounais d’être les auteurs de cet acte barbare.

Dans un communiqué rendu public ce 22 mai 2019 soit 48h après l’apparition sur la toile de ladite vidéo, le gouvernement camerounais, par un communiqué signé  du Ministre René Emmanuel SADI de la communication, dément fermement lesdites accusations et  impute la responsabilité de l'acte crapuleux à des individus appartenant à une bande armée criminelle dont la présence dans ce domicile relevait d’une « expédition punitive » menée contre un ancien rebelle aujourd’hui repenti. Un acte barbare qui viserait par ailleurs à mettre à mal les efforts du gouvernement pour ramener la paix et la stabilité dans cette partie du pays.

Si la version du gouvernement rassure de la non implication de militaires camerounais dans ces évènements malheureux, il suscite bons nombres d’inquiétudes et d’interrogations quant à la réactivité mais davantage, la capacité du gouvernement à protéger ces camerounais qui, tels des « enfants prodigues » se sont engagés à déposer les armes, se mettant ainsi à dos leurs anciens compagnons de guerre. Ces « repentis » sont-ils suffisamment mis à l’abri d’éventuelles représailles ?  C’est peut-être là aussi une équation à résoudre, des stratégies à penser.

Lire aussi : CAMEROUN-CRISE ANGLOPHONE : L’armée camerounaise accusée d’avoir abattu un nourrisson à Muyuka

 

Women's Mids

Étiquettes: