Onglets principaux

Santé

Cameroun-Santé : La variole du singe tue une personne à l’Est

C’est lundi 13 Janvier 2020, que les autorités camerounaises de la région du soleil levant annoncent un cas de variole de singe et un décès dans la localité d’Ayos.
365 vues
01/14/2020 - 12:08
Zenani Kanga
Stagiaire
Cameroun-Santé : La variole du singe tue une personne à l’Est

Dans un communiqué qui date de ce lundi 13 Janvier 2020, le Délégué régional de la santé annonce un cas de variole du singe (Monkey Pox). Par ailleurs, il indique aussi un décès cette fois-ci dans la région sanitaire du Centre, district de santé d’Ayos, le jeudi 9 Janvier 2020.

Dans cette perspective, le Dr Anicet Désiré MINTOP déclenche la veille sanitaire dans tous les districts de santé de la région de l’Est. Une attention particulière est donnée dans les districts de santé d’Abong-Mbang, Nguelemendouka et Messamena. « A cet effet, il est rappelé aux chefs desdits districts de responsables des formations sanitaires (FOSA), aux agents de santé communautaires (ASC) et tout acteur intervenant dans le cadre de la santé publique que la maladie est causée par un virus. Il s’agit du Monkeypox Virus. Celui-ci se transmet à l’humain par les animaux via un contact direct. On parle ici de sécrétion respiratoire, mais aussi salivaire, non sans oublié l’exsudat de plaie. Mais aussi indirect, notamment litière contaminée et interpersonnelle », précise le communiqué.

Parlant toujours de la transmission de cette maladie, elle se manifeste également par la fièvre, une éruption cutanée pustuleuse généralisée, une adénopathie et des difficultés respiratoires. Les spécialistes de santé font savoir que les jeunes enfants sont les plus vulnérables. Pour l’heure, la situation n’est pas encore très alarmante. Les populations restent en état d’alerte.

La variole du singe, ou orthopoxvirose simienne ou monkeypox, est une zoonose due à un virus (famille poxviridiae) du même genre orthopoxviridae que celui de la variole humaine. Le virus enzootique dans les forêts ombrophiles d'Afrique centrale et occidentale peut se transmettre à l'humain, causant un syndrome dont les manifestations cliniques sont analogues à celles de la variole (éruption pustuleuse, fièvre, symptômes respiratoires entraînant parfois la mort). La maladie est grave : 1 à 10 % des malades en meurent en Afrique). Elle peut être confondue avec la variole, et le diagnostic différentiel clinique n'existe pas. Seule l'analyse en laboratoire peut confirmer sa présence. On suppose que la transmission se fait par contact direct ou indirect avec des rongeurs sauvages.

Des dispositions sont en train d'être prises pour qu'une équipe d'intervention rapide puisse être dépêchée sur place, afin d'aider nos compatriotes atteints de cette maladie appelée Monkey Pox.

 

Étiquettes: