Onglets principaux

Politique

Cameroun- Justice : Prison à vie pour Sisiku Ayuk TABE

Sisiku Ayuk TABE et neuf autres séparatiste de la crise anglophone ont écopé d’une condamnation à vie aux premières heures du Mardi 20 Août 2019, au Tribunal Militaire de Yaoundé, après 15 heures d’horloge d’audience. Une amende de 250 Milliards à titre du préjudice subit leur sera également...
492 vues
08/20/2019 - 15:33
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Justice : Prison à vie pour Sisiku Ayuk TABE

C’est aux environs de 05h30 minutes du matin, ce Mardi 20 Août 2019 que le verdict est tombé. Le juge Jacques BAUDOUIN MISSE NJONE du Tribunal Militaire de Yaoundé, a prononcé une condamnation d’une prison à vie pour Sisiku Ayuk TABE, et neuf autres séparatistes de la crise anglophone. L’information qui est relayée par le site d’informations du panafricain Jeune Afrique mentionne également qu’une amende de 250 milliards de FCFA leur a été infligée à titre du préjudice causé. Aboutissement final d’un procès qui aura duré près de 15 heures d’horloge, car, débuté vers 13 heures le Lundi 19 Août 2019.

Une fois encore, la partie n’aura pas été de tout repos pour les différents protagonistes engagés au procès. Les soupçons de fraude de la part du juge ont clairement été exprimés par les avocats de la défense, amenés par Me Eta BISSONG, le récusant et l’accusant même de partialité. « Nous avons une décision en attente auprès de la Cour suprême. La loi dit bien qu’en pareille circonstance, le procès doit être suspendu jusqu’à ce que le verdict de notre appel soit rendu. » S’indigne Me Christopher NDONG, un autre avocat de la défense.

La riposte du juge face à ses arguments ne se fera pas attendre, matérialisée dans le refus qu’il leur oppose au motif qu’il n’avait pas reçu de notification comme l’exige la loi. Faux semble clamer tout haut les avocats de la défense dont l’un d’eux convoque les dispositions légales en vigueur en ces termes : « La loi 596 stipule que lorsqu’on récuse un juge, on lui fait parvenir une notification écrite. Chose que nous avons faite. Nous avons d’ailleurs apporté des exemplaires de cette notification à l’audience. Mais le juge a refusé de les prendre en compte, en maintenant que l’audience devait se poursuivre. Nous n’avions rien d’autre à faire que de nous retirer de l’affaire, car nous ne pouvions pas poursuivre ce procès face à cette mascarade de justice. »

La sortie de la salle d’audience des avocats de la défense n’empêchera pas la poursuite du procès, cela même, malgré que Sisiku Ayuk TABE et ses co- accusés aient entonné les chants amazoniens pour tenter de bloquer l’audience.

Étiquettes: