Onglets principaux

Politique

Cameroun- Exécutifs communaux RDPC : Le Comité Central fixe les règles de jeu

Le Secrétaire Général du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) a signé le 13 Février 2020, une circulaire visant à encadrer les élections des Exécutifs Communaux contrôlés par le parti des flammes.
630 vues
02/14/2020 - 14:59
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur en chef
Cameroun- Exécutifs communaux RDPC : Le Comité Central fixe les règles de jeu

En signant le 13 Février 2020 une circulaire pour édicter les règles applicables dans le processus de désignation des maires et de leurs adjoints relevant des conseils municipaux RDPC, le Secrétaire Général du Comité Central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) entend jouer la carte de la transparence. Transparence au sein d’une formation politique jadis émaillée par qui a le de profondes tensions internes héritées en grande majorité lors des circonstances pareilles.

Il faut donc rectifier le tir. Et cela passe nécessairement par une série de mesures prises et communiquées à tous pour le bon déroulement du choix des exécutifs communaux RDPC, représentatifs par leur probité morale, leur efficacité, leur popularité et leur compétence. Pour cela, les candidats sont tenus de respecter scrupuleusement ces consignes.

Le Code Général de la Décentralisation

Le texte signé le 13 Février 2020 s’en inspire grandement en rappelant à tous les candidats, mandataires du Comité Central du RDPC, les dispositions pertinentes de la loi portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées, en son Article 144 qui stipule que : « Les membres de l’exécutif communal ont l’obligation de résider au chef-lieu de la commune. L’obligation de résidence s’entend comme l’obligation de résider effectivement sur le territoire de la commune ».

Par ailleurs, Jean Kueté revient dans son texte sur les incompatibilités avec la fonction de maire ou de ses adjoints, au sens de cette même loi, en son article 204 qui dispose en effet que les fonctions de maire sont incomptables avec  celles de : Membre de gouvernement ou assimilé ;Député et Sénateur ; Autorité administrative, Ambassadeur ou responsable d’une mission diplomatique ; Président des cours et des tribunaux ; Directeur général ou Directeur d’établissement public ou de société à participation publique ; Secrétaire général de ministère ou assimilé ;Directeur de l’administration centrale ou assimilé ; Président de conseil régional ;Membre des forces de maintien de l’ordre ; Agent et employés de la commune concernée ; Agent des administrations financières ayant à connaitre des finances ou de la comptabilité de la commune concernée.

Les règles internes au parti

Pour compléter ces dispositions du législateur Camerounais, Jean Kueté a, dans son argumentaire fait mention de quelques prescriptions inhérentes aux règles et à la gestion internes du RDPC.

La réélection des bureaux sortants

Cette réélection est subordonnée à un préalable majeur : « les membres sortants des exécutifs communaux sont évalués collégialement pour leur bilan qui porte aussi bien sur la gestion de la commune que sur les comportements et les rapports entretenus entre eux et avec les populations », écrit le patron du Comité Central.

Discipline et moralité

Ces aspects n’ont pas été oubliés dans le texte rendu public le 13 Février 2020. Sur le premier aspect qui concerne la discipline, il est formellement demander à tout conseiller municipal RDPC d’« être exemplaire dans l’observation de la discipline du parti, conformément à son adhésion au RDPC, d’une part, et au regard de l’engagement sur l’honneur qu’il a signé lors des opérations d’investiture, d’autre part. »

Les manœuvres visant à corrompre des tierces pour influencer leur choix dans la constitution des exécutifs au niveau du RDPC ont été également fustigées par Jean Kueté, qui rappelle fermement ce qui suit : « Les manœuvres visant à la corruption des conseillers municipaux ou de tout autre acteur du processus de la mise en place des Exécutifs Communaux entrainent la disqualification des candidatures de leurs auteurs ».

Des mesures qui, si elles sont appliquées aideraient de beaucoup à limiter les frustrations et autres tensions jadis connues au sein de ce parti, au terme des échéances comme celle qui tire en ce moment à sa fin.