Onglets principaux

Politique

Cameroun- Elections Locales : Le cri de ralliement du Ministre Grégoire OWONA

Beaucoup d’incertitudes planent encore autour de la participation massive des Camerounais aux prochaines consultations électorales du 09 Février 2020. A quelques jours de leur tenue, les appels et contre appels ne font que se multiplier, chacun ne prêchant que pour sa chapelle et ses intérêts.
672 vues
01/17/2020 - 10:24
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur en chef
Cameroun- Elections Locales : Le cri de ralliement du Ministre Grégoire OWONA

Que va-t-il se passer le 09 Février 2020, jour de la tenue des élections municipales et législatives ? Les Camerounais iront ils massivement voter comme cela est attendu ? Voilà quelques-unes des questions que chaque Camerounais semble se poser en ce moment, devant les appels au boycott qui sans cesse se multiplient à mesure que l’on s’approche de l’échéance, jour après jour. Au sein de certaines formations politiques de l’opposition, des meetings entiers sont même prévus, pour sensibiliser la masse à une abstention de participation à ces consultations, à l’instar de celui du MRC, annoncé pour le Ier Février 2020 à Paris.

Dans les réseaux sociaux, le débat enfle, les camps se forment, les arguments se croisent et s’entrecroisent, dans une tension parfois dissimulée dans les mots employés, tantôt ouverte, qui laisse penser à un profond malaise social en ce moment. « Quand on lit les interventions des uns et des autres dans les réseaux sociaux au sujet de ces élections, on comprend bien qu’il y a un problème, un malaise profond au Cameroun. Les échanges sont tendus empreints de violences, si bien qu’on peut penser que si les deux interlocuteurs avaient été face à face, la situation dégénérerait aussitôt », déclare Paulin OMBODIGUI, homme politique à Yaoundé.

Il est donc bien présent ce malaise qui ne laisse personne indifférent. Personne, même pas les cadres du parti au pouvoir, en majorité au gouvernement, lesquels multiplient à leur tour également, des actions pour rassurer les camerounais des mesures prises pour garantir de bonnes élections locales en 2020, et surtout des enjeux qu’elles renferment. Bon nombre parmi eux ont régulièrement fait des sorties au cours des semaines écoulées pour appeler à une participation massive aux élections, ainsi que cela fut donné de constater dans l’attitude du Ministre Grégoire OWONA, par ailleurs Secrétaire Général Adjoint du RDPC.  

En effet, dans une sortie le 16 Janvier 2020 sur son compte tweeter, il écrivait ce qui suit : « Pour la paix et l’unité il faut aller aux urnes le 9 février prochain, en particulier pour que la gestion du pays telle que souhaitée par nos frères du Nord-ouest et du Sud-ouest se mette rapidement en place, à travers les municipalités et les autres institutions d’administration du pouvoir local. Le boycott serait l’expression et la preuve ultime d’un refus de l’évolution du Cameroun vers la modernité… »

Un appel au ralliement donc, pour sauver ce qui reste d’une paix désormais précaire, qui laisse entrevoir des tensions de toute sorte. Sera entendu dans sa démarche ? Telle est la question que se pose déjà la majorité.