Onglets principaux

Politique

Cameroun- Elections locales 2020 : Le MRC Pourra encore y participer

Cette supputation se réaliserait si le Président Paul Biya acceptait la proposition de Maurice KAMTO, de faire voter une nouvelle loi électorale.
1,205 vues
12/13/2019 - 11:57
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun- Elections locales 2020 : Le MRC Pourra encore y participer

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) n’a vraiment pas baissé les bras au sujet des élections Législatives et Municipales du 9 février 2020. En effet, En séjour à Paris, le leader du Mouvement Maurice KAMTO, était l’invité du journal de l’Afrique sur la chaine de télévision France 24. C’était le 11 Décembre 2019. Occasion pour lui de commenter l’actualité politique du pays.

Au cours de son entretien, il a proposé au Président Paul BIYA de : « faire voter une loi qui proroge le mandat des conseillers municipaux et des députés actuels, de six à 12 mois, pour régler les problèmes au fond et reprogrammer les élections qui apporteront la paix et la sérénité sur la scène politique camerounaise ».

Une proposition qui jusqu’ici n’a pas encore de réponse. Si, au cours de la session extraordinaire qui se tient ce 13 Décembre 2019, le Président de la République décidait de voter une nouvelle loi prorogeant le mandat des conseillers Municipaux et des députés, il serait fort probable que le MRC dépose de nouveau sa candidature.

En annonçant sa non-participation aux prochaines échéances électorales, le candidat malheureux à l’élection Présidentielle d’Octobre 2018 Maurice KAMTO, a donné deux raisons majeures. Ces dernières tournent autour de l’instabilité du pays, surtout avec la crise anglophone qui a déjà fait des milliers de morts, des déplacés internes et externes.  S’agissant plus particulièrement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aller aux élections sans avoir régler cette question en profondeur, s’agissant d’élections locales où il faut élire des conseiller municipaux et des députés, ce serait donner un mauvais signal aux populations des deux Régions concernées. Ce serait en quelque sorte leur dire, vous n’êtes pas des camerounais puisque vous ne pouvez pas prendre part à des élections qui visent à designer vos dirigeants. » a-t-il rappelé sur la chaine Internationale France 24.

Le code électoral du Cameroun devait depuis 2013 subir des reformes, avec l’approbation d’ELECAM. Mais pour l’heure, rien n’a été fait. Un problème qui inquiète Maurice KAMTO, et qui justifie aussi le désistement de son parti.  « La deuxième raison de notre boycott, c’est que, aller aux élections sans avoir reformer le code électoral, exposerait simplement le pays à de nouvelles tensions post-électorales parce que les mêmes causes produiraient les mêmes effets. Et c’est depuis 2013 que tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut reformer le code. Ces derniers temps, ELECAM qui est l’organe en charge des élections, mis en place par le régime, lui-même a demandé la réforme du code électoral. Ça n’a pas eu lieu, pourtant, on a décidé aller aux élections », se justifie-t-il.

En maintenant ferme cette décision de boycotter le double scrutin à venir, le MRC est conscient qu’il disparaitra peut-être de la scène politique, et ne participera pas aux élections Présidentielle à horizon 2025. C’est d’ailleurs ce que prévoit le code électoral.  L’heure de la fin n’a pas encore sonné pour le MRC car, les élections ne se sont pas encore déroulés.

 

 

Étiquettes: