Onglets principaux

Politique

Cameroun-Administration Territoriale : Un chef traditionnel destitué par le Ministre

Sa majesté Paul Marie BILOA EFFA, chef du quartier Messa Nkoba’a dans Yaoundé 2e est accusé d’incitation à l’insurrection.
1,140 vues
12/09/2019 - 11:44
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun-Administration Territoriale :  Un chef traditionnel destitué par le Ministre

Les affaires politiques impactent déjà sur les valeurs traditionnelles supposées pourtant sacrées. Le 6 Décembre dernier en effet, le Ministre de l’Administration Territoriale Paul ATANGA NJI, a signé un arrêté portant destitution du chef du quartier Massa Nkoba’a, dans l’arrondissement de Yaoundé 2. Sur cette note, sont décrites les raisons d’une telle décision, et les arrêtés y afférentes. Mr BILOA EFFA, est donc destitué de ses fonctions pour : « Instigation et incitation à l’insurrection, insubordination caractérisée à l’endroit des autorités administratives, participation active à une manifestation publique interdite », déclare le MINAT. Parmi les textes cités dans cette note, il y’a entre autre, celui de la loi n° 80/31 du 27 Novembre 1980 « dessaisissant les juridictions des affaires relatives aux contestations soulevées à l’occasion de la désignation des chefs traditionnels ».

 

En effet, Il faut préciser que Sa majesté BILOA EFFA, est le conseiller principal du chef de l’opposition. Il a participé en Juin 2019, à la marche en vue de revendiquer la libération des cadres, militants et sympathisants du MRC. Ces derniers avaient été emprisonnés en Janvier de la même année, à l’issue d’une marche dite blanche. Ce qui avait valu à ce chef une incarcération à la prison centrale de Kondengui. Sa destitution intervient alors qu’il fait partie des militants du MRC libérés en début octobre, suite à un arrêt des poursuites décidé par le Président Paul Biya.

Selon le MINAT Paul Marie BILOA EFFA, ne donne pas honneur à un tel rang. Pourtant, il affirme que l’administration incite les Camerounais à la haine et aux divisions. « Ils utilisent des subterfuges tel le tribalisme ; ils ont tout faux ; ils n’arriveront jamais à nous distraire car, il ne nous échappe pas que le peuple dans son immense majorité souffre d’absence de perception de ce que nos adversaires tristement mués en ennemis identifiés dans un groupuscule de privilégiés se délectent de nos souffrances. C’est les ennemis de la postérité, c’est lui l’ennemi de la postérité, c’est lui l’ennemi de la redistribution équitable des ressources du produit national, c’est lui l’ennemi de l’idéal visant l’amélioration du cadre de vie des concitoyens », dénonce le chef.

 

Sa Majesté BILOA EFFA aurait une position susceptible de mettre en péril les atouts du pouvoir en place (RDPC), en cette veille des élections législatives et municipales, prévu le 9 Février 2020. Ce proche de Maurice KAMTO, a fait le récit de sa mutinerie à la prison de Kondengui, qui selon lui est le « mouroir par excellence aux conditions de vie inhumaines. Espace exécrable naguère source de son effroi n’a pas altéré mon moral, mon corps non plus », s’offusque-t-il. Interpellé au cours de cette manifestation interdite par les autorités, il a été écroué à Kondengui au même moment que Mamadou MOTA, premier vice-président du MRC, qui subit encore des sévices lourdes.

 

 

Étiquettes: