Onglets principaux

Culture & Art

Cameroun- Culture: Le Prix DAVID DIOP de la Poésie réside à Yaoundé

Jean Claude AWONO est le premier étranger à recevoir cette distinction au pays de SENGOR, pour ce qui est de cette année 2019, rendue à sa troisième édition.
449 vues
11/18/2019 - 11:03
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur en chef
Cameroun- Culture:  Le Prix DAVID DIOP de la Poésie réside à Yaoundé

C’est à travers le compte Facebook du lauréat que le reste du monde a appris la bonne nouvelle en ce début du mois de Novembre 2019. Jean Claude AWONO est lauréat du Prix David Diop de la Poésie 2019.

Organisé par l’association des Ecrivains du Sénégal, ce prix récompense l’ensemble de l’œuvre d’un poète et son engagement dans la promotion du genre.  Connu pour la qualité de ses thématiques et la force de ses écris, Jean Claude AWONO a su se frayer un chemin dans cet univers ou les mots soignent les maux de la société d’où son sentiment de satisfaction après cette autre récompense : « Je me sens très honoré par cette distinction qui reconnait et récompense un combat que je mène depuis ma tendre jeunesse, le combat dont Senghor, Césaire, Philombe et Jeanne Ngo Mai et autres ont tracé les sillons. Il est bon de savourer le fruit de son travail surtout lorsqu’il a été fait dans des conditions très difficiles ».

Une récompense qui tombe comme un heureux hasard pendant la journée internationale de l’écrivain Africain, commémorée à travers le monde chaque 07 Novembre.  Journée qui contribue non seulement à rendre hommage à tous les illustres hommes et femmes du continent, mais aussi contribue à mettre en lumière toutes les difficultés d’accès aux maisons d’édition, difficultés de ventes de la production intellectuelle, difficultés de se frayer une place au soleil dans ce concert de la littérature africaine moderne.  Pour l’écrivain Joseph HOPE FUMTIM, « Jean Claude AWONO, c’est d’abord sa constance. Son premier recueil de poésie ‘’ Flux et reflux d’une foulée de fous ‘’l’a révélé et il a assuré par la suite. Il a d’ailleurs coordonnée une anthologie en 2008 sur la paix avec des poètes de 20 nationalités. Premier Camerounais à recevoir ce prix ce n’est qu’une juste récompense ».  Adulé et célébré par ses pairs, le natif de GUIENTSING reste un illustre inconnu chez lui malgré les nombreuses réalisations à l’instant du Centre culturel Francis Bebey disparue ou de la maison d’édition Ifrikiya qui donne un nouveau souffle à une pratique éditoriale générale qui semblait laisser de côté de jeunes plumes pouvant assurer l’alternative à une littérature dominée par les classiques et les publication des auteurs à l’étranger.

Thierry EDZEGUE

Étiquettes: