Onglets principaux

Actualités

Cameroun : Les chefs traditionnels réaffirment leur soutien à Paul Biya

L’engagement des chefs traditionnels a été renouvelé le 22 juillet 2019 à Batchenga, au cours d’une session du Conseil Panafricain des Autorités Traditionnelles.
482 vues
08/03/2019 - 12:17
lucien embom
Journaliste

La relation existant entre Président Biya et les autorités traditionnelles est loin de se briser. Au lendemain des événements troublants de Genève, les gardiens de la tradition viennent de témoigner de leur soutien sans faille à l’Homme du 06 novembre 82. Dans une déclaration baptisée « L’appel de Batchenga », les chefs se disent prêts à défendre le Locataire du Palais de l’Unité par tous les moyens à travers un groupe de contact.

Le Groupe de Contact est animé par une neuvaine de chefs traditionnels. Ils ont un mandat de 90 jours. Au terme de celui-ci, les chefs auront une concertation avec le Promoteur des Grandes Opportunités. Durant cette rencontre, un rapport et un bouquet de propositions seront soumis à l’attention de la plus haute autorité de l’Etat. Par cette initiative, les autorités traditionnelles veulent œuvrer pour le retour de la paix et de la stabilité en zone anglophone.

Les chefferies traditionnelles au Cameroun sont un échelon de l'organisation administrative au Cameroun. Elles sont régies par un décret de 1977. La loi constitutionnelle du 18 janvier 1996 assure la représentation des chefferies traditionnelles en prévoyant leur présence dans les conseils régionaux. Les chefferies peuvent être du premier, deuxième ou troisième degré selon leur importance territoriale ou historique.

Les chefs traditionnels sont nommés sur avis des notables de la chefferie. L'autorité administrative entérine ensuite leur nomination. Cette nomination est publiée au journal officiel. Toutefois, il arrive que l'administration refuse le choix des notables et imposent un autre chef. A la tête de la chefferie, la succession va de père à descendant direct (fils du défunt chef). Le successeur est choisi par son père avant sa mort.

 

 

 

Étiquettes: