Onglets principaux

Société

Cameroun- Région de l’Est : Le fonds routier au service du désenclavement

Les élus locaux de l’Est et de l’Adamaoua ont été capacités aux procédures du fonds routier à Bertoua.
933 vues
09/16/2019 - 11:38
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur en chef
Cameroun- Région de l’Est : Le fonds routier au service du désenclavement

C’est une aubaine pour les communes en générale de maitriser les nouvelles procédures du fonds routier. Car, explique Félix NDJANKOUM, Maire de Somalomo dans le Haut-Nyong région de l’Est : « Nos routes dans nos localités sont de véritables entraves au développement à cause de leur état. Nous souffrons chez nous de cette difficulté de ne pas maitriser ces procédures. Ce qui plonge nos routes dans et par ricochet nos localités dans un enclavement indescriptible. Je crois que cet atelier est le bienvenu pour nous capaciter dans la maitrise des procédures du Fonds routier » Comme lui, Ibrahima NANA, Secrétaire Général de la Mairie de Belel dans l’Adamaoua représentant le Maire ajoute à ce propos : « Nous avons commencé à avoir l’appui du fonds routier l’année dernière à travers le Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain d’une valeur de 40 millions pour la réhabilitation de la voirie urbaine. Cette année encore, nous avons eu 195 millions pour le bitumage de l’axe principal de la ville. Nous voulons féliciter l’Etat à travers le Fonds routier pour ces efforts consentis à donner à nos villes et villages fière allure dans la mobilité des personnes et des biens. Ce qui est un facteur important pour le développement du Cameroun tout entier. »

Il est donc clair que l’entretien routier reste une préoccupation majeure dans le développement et le désenclavement des villes et campagnes. Et pour une meilleure compréhension des procédures en la matière, les maitres d’ouvrages de l’Est et de l’Adamaoua se sont retrouvés à Bertoua au cours de la seconde mission d’appui-assistance à la maitrise d’ouvrage communale. Pour Jean Claude ATANGA BIKOE, Administrateur du fonds routier qui présidait les travaux à l’hôtel de ville de Bertoua 1er : « Dans le cadre de l’exécution de l’entretien routier des routes communales, il incombe désormais au fonds routier de prévoir des séances de travail et ateliers pour que les élus municipaux et les responsables des communes et des services déconcentrés pour échanger sur les procédures du fonds routier afin de minimiser au maximum les rejets dus à la méconnaissance des procédures… »

D’après les dispositions des décrets du 29 mars 2012 complétant celui du 24 juin 2005 portant organisation et fonctionnement du fonds routier, celui du 20 avril 2017 portant nomenclature routière, le programme d’entretien routier élaboré par le Ministère des Travaux Publics sur fonds routier a retenu 19 projets pour une enveloppe de 8,443 milliards de FCFA, couvrant un linéaire de 1771 km. Soit 4,7 milliards/km. Cependant pour 2019, une enveloppe de 15 milliards de FCFA a été dégagée avec 85 projets pour 1520 km. En outre, 135 communes sont concernées par le cantonnage pour une enveloppe de 2,8 milliards.

 Toutefois, le Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain a déjà transféré 27% des ressources dédiées à l’entretien des voiries urbaines, soit 2,12 milliards pour 11 communes pour 13.915 mètres linéaires.

En clair, l’objet de ces ateliers vise à identifier les astuces pour faire approprier le mode opératoire du fonds routier et les interactions définies dans les procédures, afin d’attirer l’attention des collectivités décentralisées concernées sur les conséquences qui découleraient de l’inobservation de ces procédures.

Le guide technique à l’usage des intervenants (le MINTP, le MINHDU, le MINMAP, l’ARMP, le MINFI, les prestataires et le fonds routier) dans sa version révisée et enrichie, servira à cet effet de principal support à la conduite de la démarche.

Martin Crépin NTSANA MEKOK, à Bertoua

 

 

Étiquettes: