Onglets principaux

Société

Cameroun- Prison Centrale de Kodengui : Accalmie retrouvée après les coups de feu

Les coups de feu ont retenti dans la prison centrale de Kodengui toute la nuit du lundi 22 Juillet 2019, occasionnant une grande panique au sein de la population qui partage le voyage de ce pénitencier. Cela même fait suite aux soulèvements de certains prisonniers mécontents du traitement qui leur...
1,168 vues
07/23/2019 - 12:41
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Prison Centrale de Kodengui : Accalmie retrouvée après les coups de feu

Situation critique à la prison centrale de Kodengui, ce Lundi 22 Juillet 2019. Des coups de feu enregistrés, des blessés répertoriés, des soulèvements relevés, et des pillages occasionnés, tel est le bilan d’une folle nuit qui a tenu en haleine durant de longues heures, cet établissement pénitencier, ainsi que les populations qui partagent son voisinage. Au centre de la discorde, la dénonciation des lenteurs dans les procédures judiciaires et la mauvaise qualité des soins de santé, ainsi qu’à la mal nutrition entre autres. Exigences portées tout haut par des prisonniers incarcérés dans le cadre de la crise anglophone qui déchire Bamenda et Buea depuis de très longs mois. La réaction des autorités a été vive. A l’intérieur du pénitencier tout comme à l’extérieur, un cordon de sécurité a été initié, question de limiter les chances d’évasion des détenus. Une accalmie apparente est revenue aux premières heures de ce mardi 23 Juillet 2019. Aucun bilan officiel pour l’heure n’a filtré, les enquêtes se poursuivent.

Depuis ce 23 juillet 2019, la situation semble maitrisable, l’activité a repris toutes les allures de la normale. Mais la sécurité n’a pas relâché pour autant. Des concertations sont annoncées afin de trouver la bonne attitude par laquelle appréhender définitivement la situation.

Ce soulèvement du 22 Juillet 2019 entraine avec lui toute une série de questionnements régulièrement soulevés par une opinion publique nationale, inquiète de la qualité de vie chaque dégradante, qui est donnée aux prisonniers d’expérimenter au Cameroun. Des voix se lèvent une fois encore pour dénoncer le non-respect des standards en la matière, comme cela fut le cas de Cabral LIBI, qui, sur Facebook, déclarait la chose suivante « Le standard en matière carcérale est de : 1 gardien de Prison pour 3 détenus.  A la prison centrale de Kondengui, c'est 4500 détenus environ pour 350 gardiens de Prison... ». Dans son rapport pays annuel de 2018 sur le Cameroun, Amnesty International renseigne que la prison de Maroua accueillait 1500 détenus, soit plus de quatre fois la capacité prévue. 

Dans un article paru le 17 Juin 2019, le quotidien Camerounais Mutations parlant de l’état des prisons du pays faisait la description suivante : « …Une pluie d’urines, des batailles rangées avec comme munitions des excréments, des humains –ou reste d’humains- entassés les uns sur les autres comme du bétail voué à l’échafaud, des bâtiments insalubres et crasseux à souhait, pour ne citer que cette photographie commune. »

Étiquettes: