Onglets principaux

Société

Cameroun- Environnement : La dictature des déchets plastiques

De concert avec la communauté internationale, le Cameroun a organisé toute une semaine d’activités pour commémorer la 47e édition de la Journée Mondiale de l’Environnement célébrée le 05 Juin dernier à travers le monde.
935 vues
06/12/2019 - 12:57
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Environnement : la dictature des déchets plastiques

En se joignant le 06 Juin 2019, à la communauté internationale pour célébrer la 47e édition de la journée mondiale de l’environnement, le Cameroun sait qu’il accuse encore d’énormes retards sur la question. Certes, beaucoup a jusqu’ici été fait sur le plan de la réflexion et du recadrage de la politique globale à mener, mais, tout cela reste peu suivi d’actions concrètes. Presqu’aucun chantier à ce jour, lancé par le Ministère de l’Environnement de la Protection de la Nature et du Développement Durable (Minepeded), n’a connu une livraison à la pleine mesure des attentes formulées. Epais demeure alors le mystère qui entoure les grandes   croisades lancées contre les déchets plastiques non biodégradables, la lutte contre la pollution de l’environnement et la désertification. Ce qui fait dire à Bertrand Emile NKOLO, enseignant et habitant de la ville de Yaoundé que : « Le Cameroun est jusqu’ici le seul pays au monde qui pense qu’on dirige un Etat seulement avec les décrets, arrêtés et autres slogans »   

Cameroun- Environnement : le combat perdu des déchets plastiques

 La pertinence de ce fait, de la célébration de cette journée mondiale, qui avait pour cadre le palais des congrès de Yaoundé, et placée sous le thème, « la pollution de l’air », se pose donc avec grand intérêt, dans un contexte d’inertie générale, observée dans ce Ministère, qui ne semble vivre qu’une fois l’an, à cette période de commémoration notamment. La question reviendrait alors à se demander : A quoi cela sert-il de gaspiller tant d’énergies pour une seule journée, lorsque sur le restant de l’année, personne ne fait grand-chose ?   Quel en est concrètement l’impact sur la politique globale de la nation ? aucune idée précise n’est formulée. Reste que la voix du Cameroun qui s’est associée cette année à celle de la communauté internationale, pour porter au loin l’écho des aspirations de cette édition 47 de la journée mondiale de l’environnement, est-elle-même, porteuse de nombreux déchets qui polluent sa diction. Il n’y a qu’à regarder le triste visage que présentent Yaoundé et Douala, deux principales villes du pays, prises au piège des déchets plastiques et autres formes de pollution, qui dégradent leur environnement.

Cameroun- Environnement : le combat perdu des déchets plastiques

Pourtant, le Cameroun s’était engagé à mener une croisade sans merci contre ces déchets plastiques, à travers son programme baptisé Eco Collect. L’objectif était de recycler 600 000 tonnes de déchets plastiques produits chaqu’année. Pas sûr que cet objectif ait été atteint. Pire, personne ne sait strictement rien de ce qui est advenu à ce chantier lancé en 2015, tout comme la grande majorité reste ignorante du sort réservé aux résolutions des premiers états-généraux de l’environnement tenus en   Octobre 2011 à Yaoundé.

Pierre HELE, face aux députés  en novembre 2018, pour défendre les prétentions budgétaires de son département ministériel, faisait pourtant savoir aux élus de la nation que son calendrier d’actions 2019, se déclinerait de la manière suivante : « En 2019, le Minepded, dans le cadre du programme consacré à la lutte contre la désertification et les changements climatiques, va poursuivre la restauration des écosystèmes dégradés, l'aménagement des berges du bassin versant de la Bénoué, la poursuite et la préparation à la mise en œuvre de l'Accord de Paris. La gestion durable de la biodiversité sera tout aussi renforcée. » Il poursuivra sa plaidoirie en ces termes : « Pour ce qui est de la lutte contre les pollutions, les nuisances et les substances chimiques nocives ou dangereuses, le ministère de l'Environnement va poursuivre la mise sur pied d'un cadre juridique et normatif, renforcer la politique environnementale en intensifiant la lutte contre les emballages plastiques non conformes. » A mi- parcourt de ce plan d’actions, quel bilan en tirer ? Pas grand-chose de toute évidence. C’est peut-être la raison pour laquelle, son budget 2019 a été charcuté d’une trentaine de millions, pour finalement se chiffrer à 8,9 milliards de FCFA.

 

Air Jordan XXX 30 Shoes

Étiquettes: