Onglets principaux

Economie

Cameroun- Economie : Lendemains incertains pour le Poivre de Penja

Menacé par les bio-agresseurs, l’avenir du Poivre de Penja semble compromis si rien n’est fait pour combattre efficacement les bio-agresseurs qui ont pour ambition de l’exterminer.
481 vues
08/21/2019 - 16:51
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Economie : Lendemains incertains pour le Poivre de Penja

Santé inquiétante du Poivre de Penja. C’est le constat pour le moins difficile que la majorité est amenée à faire ces derniers mois, à la suite des nouvelles préoccupantes qui circulent au sujet de ce produit, tout en couvrant de panique l’ensemble des producteurs de la filière. Baisse de la production, diminution des espaces cultivables, telles sont les manifestations de cette crise, du fait de la présence des Bio- agresseurs dans la région. « Il s’agit de champignons qui déciment les plantations. Ils détruisent notamment les racines du poivrier », expliquait alors Jules KAMDEM, Responsable de la Production du poivre de la Société des Plantations du Haut Penja (PHP) à nos confrères d’Investir au Cameroun

 La PHP, filiale locale de la Compagnie fruitière de Marseille a connu une baisse drastique de sa production passant de 40 Tonnes, à 12 Tonnes pour la seule année 2018. Ce qui dessine pour l’avenir des perspectives peu reluisantes pour le poivre de Penja, qui demande qu’une action concertée soit menée pour le sauver de ses agresseurs. « La situation est telle que si rien n’est fait pour combattre ces champignons, le poivre de Penja n’a pas d’avenir. Pour l’instant, les chercheurs nous ont simplement conseillé de délocaliser nos plantations », confie Jules KAMDEM.

Jusqu’ici, le cri de détresse lancé n’a pas encore atteint ses différentes cibles, puisque rien pour l’instant n’a encore été engagé pour fondamentalement éradiquer ces champignons et sauver le poivre, marque déposée de Penja.

Pour l’instant, le conseil donné par les chercheurs aux producteurs du poivre de Penja, a été suivi, et des anciennes plantations de poivre de la PHP, infestées de champignons nocifs aux poivriers, ont été recyclées en bananeraies. Ce qui a pour conséquence logique la diminution d’espace cultivable disponible, passant de 40 hectares il y a quelques années à seulement 21 hectares aujourd’hui.

Depuis sa labélisation intervenue en 2012, par l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), dans le cadre d’un programme sur les indications géographiques, le prix du kilogramme du poivre de Penja a augmenté passant de 2500 FCFA à 14 000 FCFA. Une aubaine qui menace de tomber à l’eau si rien n’est fait pour sauver ce produit qui fait la fierté du Cameroun à l’extérieur.

Étiquettes: