Onglets principaux

Politique

Cameroun- Crise Anglophone : Le choix de la Suisse divise l’opinion publique à Yaoundé

Bien que rassurant pour plusieurs observateurs notamment internationaux, le choix de la Suisse comme médiatrice dans la résolution de la crise anglophone au Cameroun, rend sceptique certains analystes politiques, qui doutent de sa capacité réelle à garantir sa neutralité dans la conduite des...
710 vues
07/04/2019 - 13:40
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Crise Anglophone :  Le choix de la Suisse divise l’opinion publique à Yaoundé

Pas de grande évolution observée ces derniers jours, dans le rôle de facilitateur que la Suisse est amenée à jouer au Cameroun, pour trouver accalmie dans les deux régions anglophones en crise. De nombreux jours après, toujours rien de consistant à se mettre sous la dent. Qu’il s’agisse de la partie Suisse mandatée, des opposants mandataires, ou du gouvernement Camerounais, rien n’a filtré depuis cette annonce, c’est le mystère total. Seul fait cependant à relever depuis ce temps, les encouragements des membres de la communauté internationale, à l’instar du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio GUTERRES qui félicite « les autorités camerounaises et les autres parties prenantes pour ce pas positif » afin de « relever les défis auxquels le pays est confronté ». À sa suite, les Etats-Unis d’Amérique saluent également, par la voix de Tibor NAGY, Secrétaire Général Adjoint en charge de l'Afrique, cette démarche Suisse dans la recherche des pistes de solutions de cette crise.


Bamenda - 22 Septembre 2017 - Marche de protestation des jeunes

Cela fait déjà de longs mois que la communauté internationale a marqué son inquiétude, face aux violences sans cesse croissantes que le Cameroun enregistre depuis 2016, dans ses deux régions anglophones. Des longs mois au cours des quels, le pays a reçu la visite d’éminentes personnalités internationales, comme cela a été le cas avec la délégation des parlementaires Américains qui s’est entretenue pendant leur séjour au Cameroun, avec le Premier Ministre, Joseph DION NGUTE. Avant elle, il y a eu en Avril 2019, Rowan James LAXTON, Haut-Commissaire du Royaume-Uni au Cameroun qui avait été reçu en audience par le Président de la République Paul BIYA. Un mois plus tard, c’était autour de Michelle BACHELET, Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme de prendre le relai, en se faisant recevoir par le même Paul BIYA EN Mai 2019. Toutes ces deux personnalités comme d’autres d’ailleurs, ont préconisé un dialogue inclusif, le même que la Suisse est appelée à faciliter la tenue au Cameroun, dans un contexte voulu de neutralité absolu, afin de garantir au mieux les chances de réussite de cette entreprise. Chose à laquelle peu de personnes y croit vraiment.

Eric Acha, analyste politique et Directeur Exécutif de l'Africa Policy Forum, est l’un de ces observateurs qui considère que ce choix de la Suisse est bien loin d'être neutre. Dans une interview accordée aux confrères de Radio France Internationale (RFI), l’analyste politique fera la déclaration suivante : « La Suisse s'est mise dans une situation très compliquée et délicate et la seule manière pour le gouvernement suisse de s'en sortir, c'est de rester le plus neutre possible. Car en effet, la Suisse - et Genève en particulier - est la deuxième maison de Paul Biya. Paul Biya gouverne même le Cameroun depuis la Suisse et il y a vécu des années, si vous comptez bien depuis son accession au pouvoir en 1982. Il a beaucoup d'investissements en Suisse. On soupçonne que la plupart des fonds qu'il a détournés au Cameroun s'y trouvent. Donc la Suisse a un intérêt particulier dans la situation du Cameroun et de Paul Biya. Ils vont avoir du mal à passer pour complètement neutres. Alors est-ce qu'ils ont décidé de se lancer dans cette médiation à cause de cet intérêt à protéger ? Ou est-ce qu'ils ont décidé de se hisser à un autre niveau pour faire une véritable médiation parce qu'ils pensent pouvoir jouer un rôle dans un conflit de cette nature ? »


Une vue de la ville de Genève - Suisse

Coté gouvernement Camerounais, aucune déclaration officielle sur le sujet, à part bien sûr, son indignation exprimée à la suite des évènements de samedi 29 Juin 2019, qualifiés de « spectacle ubuesque qui déshonore le Cameroun », auxquels la diaspora Camerounaise était impliquée.  Ce rassemblement aurait perturbé le séjour du couple présidentiel en Suisse.

Lire aussi :

https://237cameroun.online/fr/Cameroun-Crise-Anglophone-La-Suisse-mandat%C3%A9e-pour-un-dialogue-inclusif

https://237cameroun.online/fr/politique/crises-au-cameroun-l%E2%80%99union-europ%C3%A9enne-formule-des-recommandations

https://237cameroun.online/fr/Cameroun-Crise-Anglophone-Des-parlementaires-Am%C3%A9ricains-s%C3%A9journent-%C3%A0-Yaound%C3%A9.

  

Étiquettes: