Onglets principaux

Politique

Cameroun- Réactions : La palabre des grands espoirs

Dans leur immense majorité, les Camerounais fondent beaucoup d’espoir autour des résolutions du Grand Dialogue National, convoqué le 10 Septembre dernier par le Président de la République. Chacun à son niveau espère voir déboucher ces résolutions sur le terrain du concret. Votre rédaction à...
485 vues
10/01/2019 - 17:04
Zenani Kanga
Stagiaire
Cameroun- Réactions : La palabre des grands espoirs

« Chacun doit élever son degré de compréhension »

Le Dialogue National est nécessaire parce que, lorsque deux personnes sont en conflits, il faut savoir exactement quel est le problème, où se trouve le malentendu. Le dialogue national ne pourra pas satisfaire tout le monde, chacun doit élever son degré de compréhension pour qu’il règne une certaine stabilité dans ces régions. Mais, je crois qu’il y aura une accalmie mais dire paix se sera difficile parce qu’il y a eu beaucoup de morts, on pardonne mais on n’oublie pas.  Edison Jean-Claude, Comptable, Yaoundé.

« Tout reposera sur la sincérité des organisateurs »

Parvenu à ce niveau de la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, on ne peut que saluer l’initiative du Chef de L’Etat de convoquer un dialogue national pour adresser la question. Ce qui est d’ailleurs l’appel lancé par de nombreux camerounais depuis plusieurs mois. Ma perception ne peut donc qu’être celle d’un citoyen satisfait que ce problème soit pris au sérieux et qui espère que ce dialogue permettra une fois pour toute, de régler ces questions problématiques.

Le dialogue que nous avons appelés de tous nos vœux ne peut être une solution véritable à ce problème que s’il est mené avec honnêteté et objectivité. Malgré quelques couacs déjà relevés à l’aube de ce dialogue, entre autres l’absence de certains leaders de la cause sécessionniste et la mise au banc de touche de certains sujets, nous saluons les huit grands thèmes qui constitueront les commissions et pensons que leurs fruits qui en sortiront peuvent définitivement soulager les cœurs meurtris et marquer le point de départ du retour au calme. Mais je tiens encore à rappeler, au risque d’être redondant, que tout reposera sur la sincérité des organisateurs. Sammy KENNE, Traducteur Principal, Yaoundé.

« C’est une bonne démarche et je reste optimiste »

Mon opinion à propos du dialogue national est que ,c’est une démarche mise sur pied par le Président de la république en vue de mettre fin aux conflits anglophones, en vue d’arrêter les sécessionnistes et relancer la vie sociétale .C’est la preuve même que le Président est à l’écoute de son peuple et c’est la preuve aussi qu’il souhaiterait que les choses reprennent leur cours donc pour moi c’est une bonne initiative et ça va vraiment changer les choses, les choses vont évoluer progressivement grâce à ce dialogue.

Oui je pense que le calme reviendra dans les régions anglophones parce que dans un premier temps, il y aura une stabilité et la vie va reprendre son cours ,ça pourrait prendre un peu de temps parce que les réclamations sont nombreuses et moi je pense que le Président fera de son mieux avec l’aide du gouvernement et surtout de la population pour que la majorité soit satisfaite ,que les élèves puissent retourner à l’école ,que les activités économiques puissent reprendre, donc c’est une bonne démarche et je reste optimiste. Nelson MPOKOU ZE BEMBE, Cadre au MINADER, Yaoundé

« Des résolutions qui viendront apaiser les cœurs suite à d’énormes douleurs »

Pour la question relative  du dialogue nationale qui a commencé lundi 30 Septembre 2019 appelé par le Président de la république ,son excellence Paul BIYA lors de son dernier discours ,nous pensons naturellement que il était vraiment opportun qu’on essaye vraiment de s’ouvrir à cet exercice puisque c’est déjà une crise qui dure, ça fait déjà trois ans ,sur le plan économique il y a eu des pertes énormes ,sur le plan social il y a des pertes également énormes ,des morts, sur le plan militaro-civile que sur le plan de ceux-là qu’on a appelé des amazoniens qui sèment la terreur dans ces deux régions, donc vue les problématiques qui sont d’actualités dans notre pays concernant  ce problème il y a afférent ,je crois qu’ il est important que nous nous asseyons ,qu’on essaye de dialoguer avec toutes les parties prenantes  que ce soit le gouvernement, que ce soit  naturellement les amazoniens, que ce soit la population et que au sortie de là qu’ on est quelque chose de conciliant ,de résolutions qui viendront apaiser les cœurs suite à d’énormes douleurs que connaissent déjà les familles des déplacés ,les familles des militaires tués ,donc nous pensons vraiment que trouver une solution à pouvoir résorbé ce problème du Nord et du Sud-Ouest en particulier et de la question de l’intégration de l’identité culturelle dans la république.

En d’autres termes, le dialogue va nous permettre de pouvoir déjà s’accepter, pouvoir dialoguer dans son terme plus simple est déjà l’expression de l’écoute, de la compréhension. Sur le plan nationale nous pensons que cette initiative apportera un plus sur la crise dite anglophone de façon particulière et d’autres stigmatisation dans toutes les autres régions. La crise anglophone a permis aujourd’hui de se regarder face et de se dire quelles sont les solutions, quelles sont les préoccupations. Pour moi c’est une démarche formidable qui permettra de marquer un pas dans le processus de résolution du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et de façon générale dans toute la république du Cameroun. Alain Bertrand ABOUDI NGONO, Cartographe du RGAE/MINADER, Yaoundé.

Étiquettes: