Onglets principaux

Société

Cameroun-Boko Haram : Enlèvement massif des civils à l’Extrême-Nord

21 civils enlevés et 17 encore en captivité. Les faits se sont déroulés Mercredi 4 Décembre 2019, lors d’une attaque du groupe djihadiste à l’Extrême-Nord du pays.
862 vues
12/06/2019 - 13:54
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun-Boko Haram : Enlèvement massif des civils à l’Extrême-Nord

Boko Haram continu à mener des exactions dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun. Le 4 Décembre 2019, il a enlevé 21 civils, au cours d’une attaque à main armée. Jusqu’ici, 17 personnes sont encore introuvables. D’après une autorité administrative locale, le groupe djihadiste « a attaqué autour de 23h la localité de Mbreche, située à une trentaine de kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Ils ont enlevé 21 personnes, mais 4 ont réussi à s'enfuir. 17 restent toujours en captivité ».

Attaque non revendiquée

Les victimes, sont des garçons et filles âgés entre 11 et 20 ans. Jusqu’ici, l’attaque n’a pas encore été revendiquée. Cependant, les autorités se basent sur le fait que, ces terroristes sont depuis 5ans, à l’origine d’un tel coup. En plus, la région de l’Extrême-Nord, est la principale partie du pays, en proie au groupe Djihadiste.

L’armé Camerounaise enquête

L’armée camerounaise n’est pas restée les bras croisés, face à cette dernière attaque terroriste. Elle « a lancé une opération de ratissage qui se poursuit. Parmi les 4 personnes qui sont revenues, une a dit avoir reconnu chez les ravisseurs des habitants de Mbreche qui ont été enrôlés par Boko Haram », témoigne la même source. Des enquêtes restent ouvertes, pour retrouver les 17 otages.

Un civil et une femme enceinte tués dernièrement

En mi-Novembre 2019, Un autre civil a été tué dans la même région.  L'incursion a eu lieu à Makoulahe, petite localité de la ville de Mora, chef-lieu du département du Mayo-Sava. Une femme enceinte dans la trentaine a été tuée sur le coup, et un jeune homme blessé. Depuis 2014, ce groupe effectue des incursions au Cameroun à la recherche de « réserves alimentaires », comme du bétail, «et de valeurs marchandes comme femmes et enfants » qui sont échangés contre des rançons.

Les trois autres pays en proie

Le Nigéria, le Tchad et le Niger, subissent depuis des années, les affres du groupe terroriste d’origine salafiste. En début de ce mois de Décembre 2019, Boko Haram a tué quatre militaires de l’armée Tchadienne lors d’une attaque, menée contre un poste récemment établit sur les rives du lac Tchad, situé à l’ouest du pays. Un affrontement durant lequel quelques djihadistes ont trouvé la mort. « Nous avons tué 13 éléments de Boko Haram, mais nous déplorons la mort de quatre militaires et trois blessés », se désole un membre administratif Tchadien.  

Boko Haram, coupable de plusieurs crimes

Depuis 2014, les autorités camerounaises ont compté près de 13.000 attaques sur le territoire, lesquelles ont fait "plusieurs milliers" de morts. L'insurrection a forcé plus de 250.000 personnes à fuir leur domicile au Cameroun, ainsi qu'à un afflux de 60.000 réfugiés Nigérians. Il est responsable de crime de guerre, crime contre l’humanité et est classé comme organisation terroriste par le conseil de sécurité des Nations Unies depuis le 22 Mai 2014.

Étiquettes: