Onglets principaux

Société

Cameroun- Société : Malaise au Centre des Urgences de Yaoundé.

Près de 800 personnes ont trouvé la mort, avant leur arrivée au Centre des Urgences de Yaoundé, en 2015 et 2018.
829 vues
09/18/2019 - 13:49
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Société :  Malaise au Centre des Urgences de Yaoundé.

Mis en place pour aider de façon rapide les patients en situation de détresse avancée, le Centre des Urgences de Yaoundé (CURY), semble faire pale figure autour de cette mission qui lui a été assignée. Car, de nombreux patients trouveraient la mort avant leur arrivée au centre. C’est en tout cas l’alerte que sonne le Dr Rodrigue NJOUOGUEP NJOKO, Cardiologue au CURY.

En effet, dans une tribune publiée le 03 Septembre 2019, il mentionne ce qui suit : « Le nombre de patients arrivés décédés est allé crescendo de 2015 jusqu’à 2018 ». 

Un constat amer qui, sur la période indiquée, porte à près 800, le nombre de personnes décédées dans de telles conditions, avant d’avoir pu atteindre le Centre des Urgences de Yaoundé. Dans les détails, la répartition des cas année après année donne ceci : « 15 cas en 2015, 165 en 2016, 228 en 2017, et 365 cas pour les 11 mois (…) écoulés de l’année 2018 ».

Les raisons de ce constat sont identifiées dans la même tribune du Cardiologue, et liées pour la plupart aux moyens de transports généralement utilisés pour se rendre au CURY.  Ainsi, selon lui, entre Janvier à Juillet 2018, la majorité des patients arrivés en arrêt cardio-respiratoire (91,9 %) résidaient dans la ville de Yaoundé. Le moyen de transport le plus utilisé pour le transfert au CURY était le taxi (75,3 %). Seuls 2 patients ont été emmenés en ambulance.

« Les traumatismes étaient essentiellement retrouvés dans la population active (20-49 ans), avec une fréquence de 20,5 %. Ceux de 50 ans et plus présentaient une détresse respiratoire (soit 16,4 %). La plupart des arrêts cardiaques (43,8 %) étaient survenus au domicile des patients, 25 % des arrêts cardiaques s’étaient produits durant le transport. La majorité des arrêts cardiaques (92 %) avaient eu lieu en présence d’un témoin », précise le médecin.

Il poursuit en effet en disant que plus de 2/3 des décès, soit « 42,8 % à domicile et 25 % durant le transport ont eu lieu avant l’arrivée à l’hôpital ». Ce qui l’amène à formuler quelques solutions pour diminuer cette triste situation.

Pour cela, il préconise l’instauration des cours de secourisme dès le collège et le déploiement des défibrillateurs automatiques dans tous les lieux de grand public (stades, marchés, aéroports, gare ferroviaire, agences de voyages, cars de transport, et les entreprises).  Ce qui selon lui, aurait un impact positif dans la maitrise de l’efficacité du CURY, tel qu’il le précise dans ce propos : « La réanimation cardio-pulmonaire (compression-ventilation) en cas d’arrêt cardiaque immédiat permet de relancer le cœur dans 10 % des cas. Cette valeur atteint 30 % en cas d’utilisation d’un défibrillateur. » 

 

Étiquettes: