Onglets principaux

Politique

Cameroun- Discours de Paul BIYA : Les régions anglophones continuent d’inquiéter.

Malgré les promesses relatives à la tenue d’un grand dialogue national, la tension demeure forte dans les régions anglophones en crise depuis trois années déjà. Beaucoup s’inquiètent même de la situation au cours des jours à venir.
1,425 vues
09/12/2019 - 12:03
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur en chef
Cameroun- discours de Paul BIYA : Les régions anglophones continuent d’inquiéter.

 Maintenant que Paul BIYA a pris la parole pour s’adresser à toute la nation, au sujet de la crise anglophone qui déchire Bamenda et Buea depuis trois ans déjà, que va-t-il se passer dans ces régions en crises ? sera-t-il possible d’assister au cours des jours à venir, à un retour vers une certaine accalmie dans cette partie du pays ? Voilà des questions qu’il convient de se poser aujourd’hui au regard de la situation qui ne semble pas encore donner des assurances d’un retour à la normale.

En effet, la tension n’est toujours pas retombée au Nord-Ouest et au Sud-Ouest du pays, plusieurs jours après le discours à la nation de Paul Biya. Des barricades sur les routes avaient même été signalées le 10 Septembre au soir, jour de l’adresse du Président de la République. Preuves évidentes de ce que la parole du Chef de l’Etat n’a pas encore produit les effets escomptés. « Il sera difficile que par la seule prise de parole du Président Paul BIYA, le calme revienne d’un trait dans ces régions. Car, pour ma part elle arrive un peu tard, après que beaucoup a coulé sous le pont. Les gens sont tellement déjà allés loin que faire marche arrière de cette façon sera bien compliqué. Ma crainte est d’ailleurs grande de voir s’amplifier ces atrocités au cours des jours à venir, car, ces gens semblent avoir perdu tout le bon sens. » tente d’articuler un Docteur en sciences politique à l’Université de Yaoundé II .

Pourtant au cours des mois écoulés, des voix se sont levées, des analyses ont été faites, pour critiquer le silence jugé par plusieurs personnes de coupable du Président de la République autour de cette crise anglophone. Maintenant qu’il l’a fait, pourquoi ne semble-t-il pas être écouté dans cette partie du pays ? A quel moment cette parole a-t-elle perdue de son épaisseur ? beaucoup tentent une réponse : « La parole du Président de la République n’a pas perdu d’épaisseur. C’est juste qu’elle s’adresse aux personnes qui ont aujourd’hui d’autres ambitions. Beaucoup de temps a passé, et les revendications ont évolué. Ces gars qui ont pris des armes ne parlent plus de dialogue, pour elles c’est la sécession qui les intéresse. Donc aussi pertinents que semblent être les propos de Monsieur BIYA, tant qu’ils n’iront pas dans le sens qu’ils souhaiteraient, ce n’est plus leur affaire et c’est bien dommage, parce que tous les Camerounais ou presque, sont acheteurs de ce dialogue proposé par leur Président. »  Explique un observateur de la scène politique nationale.

En clair donc, elle parait peu lisible la situation à venir dans les régions anglophones en crise. D’ici à ce que le dialogue annoncé se tienne effectivement, grande est la possibilité de voir les choses d’avantages dégénérés de ce côté. Une éventualité que plusieurs personnes refusent désormais d’envisager. 

 

Étiquettes: