Onglets principaux

Economie

Cameroun– Energie électrique : Le pays tout entier plonge dans le noir absolu

Le Cameroun n’est pas encore sorti de sa zone sombre, en ce qui concerne l’énergie électrique. Les délestages et autres coupures d’énergie électrique continuent d’alimenter le quotidien des populations, dans un contexte pourtant bien vanté par Yaoundé de mise en service de certains barrages...
663 vues
08/16/2019 - 13:15
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
 Cameroun– Energie électrique :  Le pays tout entier plonge dans le noir absolu

Le Cameroun n’est pas encore sorti de sa zone sombre, en ce qui concerne l’énergie électrique. Les délestages et autres coupures d’énergie électrique continuent d’alimenter le quotidien des populations, dans un contexte pourtant bien vanté par Yaoundé de mise en service de certains barrages hydroélectriques, à l’instar de celui de memve'ele.

Les dernières semaines qui s’achèvent n’ont pas été faciles pour les populations de Yaoundé et de ses environs, coincées comme elles le sont depuis des jours dans le noir, à la merci de toute sorte de travers. Les vieux réflexes connus pour être dépassés depuis des années ont refait surface, et chacun désormais peut se débrouiller comme à la vieille époque pour s’éclairer, sous le regard presque impuissant du pouvoir en place, trainé dans l’illusion notoire d’une modernité ratée par une société nationale totalement en perte d’efficacité. « Eneo ne nous sert à rien. Pas de courant électrique, mais les factures grimpent chaque jour. On ne comprend plus rien » se désole un client.

Depuis de longs mois pourtant, le gouvernement à grand renfort de publicité ne cesse de vanter ses réalisations dans le domaine, en annonçant même la mise en service de certains barrages comme celui de memve'ele pour palier au déficit énergétique du pays. « Depuis quelques jours, les premiers essais ont permis d’injecter dans le réseau interconnecté du Sud, du Centre, du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest, et du Sud-Ouest, 100 Mégawatts de puissance » déclarait alors l’actuel Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston ELOUNDOU ESSOMBA, le 18 Avril 2019, lors de la mise en service partielle de ce barrage.

 Pour sa part, la société Eneo a au cours des années passées, initiée elle aussi, des actions pour disait-elle apporter des solutions aux problèmes de délestage vécu avec beaucoup de peines par les Camerounais. Le changement des transformateurs dans la ville de Yaoundé et en dehors avait eu lieu, une journée du poteau bois a été initié, précédée du changement des poteaux défectueux sur l’ensemble du territoire. Toute une société de transport d’électricité a vu le jour en 2015, pour juguler les actions jusque-là entreprises. Sauf qu’à date, rien de tout cela n’a produit des résultats escomptés. Mieux, les Camerounais semblent assister impuissants, à une sorte de danse bafia qui porte en désarroi le pays tout entier. « Avec ce que ENEO fait là on a bien l’impression qu’on avance d’un pas et on en recule de six. » s’indigne Bienvenu OKALA, résident à Obala dans le département de la Lekié, région du Centre Cameroun.

Grande dès lors, devient l’impression de la majorité qui pense avec fort argument être retournée une décennie en arrière, avec des coupures d’électricité qui suivaient un calendrier, une rotation précise, tel que cela s’observe ces derniers jours. Même le communiqué de la société Eneo, publié sur son site et dont copie est jointe ci-dessous, n’a pas suffi à contenir la déception de nombreux Camerounais qui croyaient cette époque loin, très loin derrière eux.

Après l’incident grave au poste électrique BRGM à Yaoundé le 7 août dernier, les travaux d’urgence se poursuivent pour reprendre tous les clients 

10/08/2019

Eneo Cameroon S.A. informe le public que suite à l’incident survenu au poste BRGM à Yaoundé, les efforts engagés pour minimiser les désagréments n’ont permis de ne reprendre, à ce jour, que 70% des clients impactés.

Plusieurs travaux de construction, d’extension et de reconfiguration du réseau sont en cours, et permettront de reprendre les 30% restants dans les meilleurs délais possibles.
Pendant ce temps, et compte tenu des contraintes du réseau électrique, un plan de rotation de la fourniture mis en place s’étendra, en diminuant  progressivement, jusqu’à la fin du mois courant.
Les travaux de reconstruction proprement-dits du poste complètement brûlé dureront trois à six mois.
Eneo renouvelle sa pleine solidarité à toutes les personnes impactées.

Pour plus d’information, les clients sont invités à consulter régulièrement la page Facebook www.facebook.com/EneoCameroon, sur le compte Twitter @EneoCameroon14 et le site web d’Eneo www.eneocameroon.cm, ou en appelant le Centre d’appel d’Eneo au 8010.

Comment dès lors aspirer à un développement harmonieux d’une industrie tant claironnée dans les discours officiels, mais jamais suivie des faits, lorsque le pays manque d’énergie électrique ? comment croire à toutes ces promesses de modernité formulées par le pouvoir en place, lorsqu’il demeure incapable d’apporter avec efficacité la solution au problème crucial d’énergie électrique, dans un pays pourtant à fort potentiel naturel ? Quel avenir pour le Cameroun de demain dans ces conditions ? Voilà des questions et bien d’autres qui jettent le doute sur les ambitions réelles du pouvoir de Yaoundé, à construire une modernité collective pour l’horizon qu’il s’est fixé en 2035.

 

 

Étiquettes: