Onglets principaux

Economie

Cameroun : Le chiffre d’affaires de la CDC en baisse

Selon nos sources, le chiffre d’affaires de la Cameroon Development Corporation (CDC), est passé de 60 milliards à 2,5 milliards FCFA à cause de la crise anglophone.
563 vues
07/13/2019 - 11:45
lucien embom
Journaliste

Les tensions socio-politiques dans la partie anglophone ont des conséquences très néfastes sur l’économie nationale. Avant la crise dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, la Cameroon Development Corporation affichait un chiffre d’affaires de près de 60 milliards FCFA. Actuellement, le chiffre d’affaires de l’entreprise est estimé à 2,5 milliards. Les activités de la CDC tournent au ralenti.

Les difficultés financières de la société considérée comme étant le deuxième employeur après l’Etat du Cameroun ont conduit à la suppression massive d’emplois. On parle de 11.000 postes supprimés à la Cameroon Development Corporation. Si on s’en tient au fichier du personnel, les effectifs ont été réduits de moitié. Les salariés encore en activité ne dorment pas sur leurs deux oreilles parce que la situation n’augure pas des lendemains meilleurs.

Nombre d’employés ne sont pas payés depuis 12 mois. Selon des indiscrétions, il faut 9,3 milliards FCFA pour effacer les arriérés de salaires. La structure de Baba Danpullo s’est taillée une place au soleil en développant la culture de l’hévéa, de la banane, du thé, du palmier à huile et d’autre espèces végétales marginales. Sa production est allée grandissante au fil des années. En 1998, les plantations couvraient un peu moins de 3.000 hectares.

Depuis 2002, les rendements sont en régression. Cela est lié à un système de culture peu adapté au contexte pédoclimatique et à un renouvellement insuffisant des bananeraies. L’éclatement de la crise anglophone en 2016, est venue accélérer la descente aux enfers de la CDC. Depuis 2018, l’entreprise a cessé d’exporter ses produits. Si la paix ne revient pas dans la partie anglophone du Cameroun, la CDC va mourir de sa bonne mort.

 

 

 

Étiquettes: